Les autorités fédérales de la Confédération suisse Administration fédérale

Département de l'Environnement, des Transports, de l'Energie et de la Communication

Office fédéral des routes OFROU

A5 La Neuveville–Biel/Bienne réfection globale

 
Le tronçon long de 12,7 km de la route nationale A5 La Neuveville – Bienne se situe entre la demi-jonction de La Neuveville-Est et le giratoire à l’entrée de Bienne. Longeant la rive gauche du lac de Bienne, cette route nationale a été mise en service en 1973. Ayant subi une usure importante depuis cette période, elle ne répond plus aux normes de sécurité actuelles. C’est pourquoi elle doit être rénovée.

 
Le concept de la réfection globale (UPlaNS) correspond au renouvellement complet d’un tronçon de route nationale pour une durée de vie d’au moins quinze ans. Ces travaux, planifiés à partir de 2021, concernent tous les éléments et ouvrages qui ne bénéficient pas de mesures anticipées.


Les travaux de l'UPlaNS comprennent en particulier :

 

  • des murs de soutènement
  • tous les ouvrages d’art (ponts, chaussée surplombant la ligne de chemin de fer)
  • le remplacement du système d’aération du tunnel de Gléresse
  • le renouvellement de l’équipement d’exploitation et de sécurité (éclairage, réseaux de câbles, technique de communication d’urgence)


Les travaux de réfection globale qui débutent en 2021 comprendront le renouvellement et l’extension de toutes les installations selon les standards actuels, la pose d’un revêtement phonoabsorbant, l’uniformisation de la largeur de la voirie et la mise en place de bandes cyclables.


Travaux déjà entrepris

  • les mesures anticipées (2013 – 2017) concernaient tous les ouvrages pour lesquels un besoin d’intervention immédiat a été identifié. Il s’agissait de renforcer des murs de soutènement et de stabiliser des parois rocheuses (protection contre la chute de pierres);
  • la galerie de sécurité du tunnel de Gléresse, 2013–2019
    La mise en service du tunnel de Gléresse date de 1991. Avec un seul tube, il ne correspondait plus aux normes de sécurité actuellement en vigueur. Le déficit principal consistait en l’absence de possibilités d’évacuation en cas d’incendie. L’augmentation de la sécurité dans le tunnel de Gléresse comprenait;
  • le percement d’une galerie de fuite parallèle au tube voué à la circulation avec un accès tous les 300 mètres;
  • l’amélioration du guidage optique au moyen de témoins lumineux le long de la chaussée;
  • l’amélioration de la signalétique d’urgence pour un meilleur guidage en cas d’accident.